Taarang

Taarang

Taarang

Philippe Foch

15

Voir le produit

Taarang  est une aventure sonore et musicale de Philippe Foch, nourrie de plusieurs années de relation aux percussions indiennes. Comme un parcours de vie, Philippe Foch nous emmène dans un univers fait de rencontres avec des instrumentistes aux esthétiques bigarrées, mais … Lire la suite

Le Bonheur

Le Bonheur

Le Bonheur

François Elie Roulin

18

Voir le produit

François Elie Roulin a fait de l’hybridation une quête sonore aimantée vers la recherche, l’expérimentation et l’ouverture à toutes les formes de musique. « Le Bonheur » est le fruit de cette drôle de quête qui navigue avec aisance parmi la diversité des esthétiques.

Music on Mars

Music on Mars

Music on Mars

Michel Redolfi

18

Voir le produit

Music on Mars projette l’auditeur dans une trentaine d’années, sur la mythique planète rouge avec des compositions imaginées pour être vécues sur place par de futurs auditeurs qui auront fait le voyage de 50 millions de kilomètres. Un travail de son-fiction mené par le compositeur Michel Redolfi avec la complicité de six solistes aventureux dont la palette instrumentale et vocale les situe déjà aux confins de territoires inouïs : Terry Riley,
Thomas Bloch, Didier Malherbe, Pierre Chaze, Nelly Lacoste et Christoph Harbonnier (Lightwave).

Radio dog. Chien vert

Radio dog. Chien vert

Radio dog. Chien vert

Régïs Boulard, Stéphane Fromentin, Nicolas Méheust, Jean-François Vrod, Marcel Kanche

20

Voir le produit

Chien vert est un trio de compositeurs instrumentistes, Régïs Boulard, Stéphane Fromentin et Nicolas Meheust. Régïs Boulard, leader charismatique du groupe s’inspire des évènements du quotidien, laissant son humeur guider les sons. Il écrit ainsi une histoire sonore, univers du … Lire la suite

The unimagined : preparations for the unknown

The unimagined : preparations for the unknown

«The Unimagined: preparations for the unknown» («Ce qui n’a pas été imaginé : préparations pour l’inconnu») a été composé en 2011 avec le Quatuor Diotima. «The Unimagined» est inspiré par la longue marche dans un labyrinthe : le premier mouvement, composé de cinq miniatures nous fait pénétrer dans le labyrinthe avec les préoccupations de la vie quotidienne. Le deuxième mouvement est une médiation sur le minéral, le végétal, l’animal, l’humain, le divin et sur l’inconnaissable. Nous sortons du labyrinthe dans le troisième mouvement, pour revenir vers notre propre vie, en nous accommodant de la réalité essentielle de que nous sommes devenus.

Jour 54. D’après « 53 jours » de Georges Perec

Jour 54. D’après « 53 jours » de Georges Perec

Jour 54. D’après « 53 jours » de Georges Perec

Pierre Jodlowski, Orchestre Philharmonique de Radio France

18

Voir le produit

Le projet d’opéra radiophonique «Jour 54» trouve son origine dans le dernier roman, inachevé, de Georges Perec. Basé principalement sur les carnets de l’auteur, publiés en fin d’ouvrage, le livret est un témoignage de la complexité et la force de la pensée de Perec et veut lui rendre hommage. La musique, qui puise ses matières dans l’orchestre symphonique, 4 solistes et des sons électroniques, est construite en étroite relation avec l’univers littéraire : elle en emprunte essentiellement le questionnement sur les espaces de référence, la complexité du montage, la prolifération autant que l’épure. Trois comédiens se relaient, dans 3 langues différentes, dans ce qui semble être au départ une «histoire policière» et qui glisse dans un vaste univers où s’entremêlent les échos de l’Histoire, la spéculation mentale, la jubilation des mots et des chiffres : un piège se referme, à nous de tenter de l’ouvrir…

Sarnavo

Sarnavo

Sarnavo

Sylvain Kassap, Ars Nova

18

Voir le produit

L’écoute de l’œuvre « Laborintus II » de Luciano Bério fut un des «chocs fondateurs» de la pratique musicale de Sylvain Kassap. L’étude de la musique de Luciano Bério a eu également une grande influence sur ses débuts de compositeur. Quand l’ensemble instrumental Ars Nova décide de remonter «Laborintus II», c’est à lui qu’on demande d’écrire la première partie. Les pièces composées pour cette occasion sont indépendantes et vivent leur vie propre, parfois jouées en triptyque, parfois jouées séparément. Elles n’auraient sûrement pas été les mêmes si elles n’avaient pas été écrites pour ce voisinage. Elles ont toutes un rapport à l’œuvre de Luciano Bério.
«Sarnavo… ce mot qui m’évoque le nom d’une ville imaginaire et lointaine n’est en fait que l’anagramme d’Ars Nova». Sylvain Kassap